Management de transition : guide pratique

Le management de transition consiste à confier la direction à un manager de transition. En général, c’est pour accompagner pendant un changement ou amorcer une transformation. L’origine du management de transition était aux Pays-Bas, sous le nom anglais « Intérim Management ». Ensuite, le métier se développe fortement en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis. C’est à partir des années 2000 qu’il connaît un développement en France. Voici alors des points essentiels sur le management de transition.

Management de transition : description

Une organisation ou une entreprise peut recourir au service d’un manager de transition afin de répondre à des enjeux et surtout pour faire aboutir un plan ou un projet d’envergure : internationalisation, stratégie de croissance, projets stratégiques majeurs, gestion de crise, amélioration de performance, management de relai, etc. Alors, un manager de transition intègre une entreprise avec un objectif précis dans un temps donné. Le plus souvent, il est un dirigeant spécialiste et expérimenté d’une fonction (DSI, DRH, DAF, DG…), parfois d’une problématique précise ou d’un secteur, qui va mettre toutes ses compétences et expériences à la disposition d’une organisation. Souvent, le caractère complexe et l’urgence sont les principales causes pour lesquelles une entreprise fait appel à un manager de transition. Au fil du temps, le management de transition s’est diversifié. Avant, il s’est imposé dans une situation de crise (déficit de management, absence d’un dirigeant, fermeture des sites…), mais de nos jours, il couvre un spectre plus vaste des situations (amélioration de performance, croissance partenaire, transformation digitale, projets stratégiques…). De la part d’une entreprise qui a un besoin managérial important et urgent, le management de transition peut répondre à un besoin croissant. Les différents types d’organisation sont tous concernés. De la filiale d’un grand groupe à la PME, en passant par l’ETI, elles peuvent recourir au management de transition. Pour plus d’informations, visitez le site croissance-partners.fr. C’est pour ça qu’il est important de consulter un manageur de transition.

Les défis du manager de transition

Pour un manager de transition, il intervient dans un ou plusieurs projets avec une grande envergure pouvant avoir un grand impact sur l’avenir de l’entreprise. Dans ce métier, le champ d’action peut aller des quelques modifications sur la façon de travailler à des grandes réorganisations sur la structure interne de l’entreprise. Donc, il occupe un rôle très important dans la performance, ou même dans la survie d’une entreprise.

Pour un manager de transition, quelles compétences et qualités ?

Grâce à ses atouts, dans le cadre d’une bonne gestion d’entreprise, nombreuses organisations ont de plus en plus besoin d’un manager de transition. Pourtant, il y a des compétences et des qualités importantes à avoir pour être un bon manager de transition. Voici alors les principales compétences et qualités d’un manager de transition : 

  • Opérationnel et disponible : pour pouvoir piloter les projets stratégiques, il peut comprendre d’une manière très rapide les différents enjeux du poste.
  • Efficace : un manager de transition s’impose par sa capacité de diagnostiquer des problèmes et surtout de décliner des solutions logiques et opérationnelles. D’ailleurs, il s’impose aussi par sa crédibilité, sans oublier de fédérer les équipes internes.
  • Autonome : il est habitué à prendre des décisions majeures même dans une situation de crise. Il est également habitué au fonctionnement lié à un projet. Il assume donc sa mission avec détermination et intégrité, ce qui permet de renforcer sa crédibilité interne.
  • Intègre et neutre : le caractère temporaire de la mission d’un manager de transition le dégage aux enjeux politiques
  • Expert et pédagogue : il travaille avec toutes les équipes internes de l’entreprise.
  • Leadership : il est un leader. Il peut motiver les salariés de l’entreprise, et surtout de les rassurer.
Comment contrôler l’innovation ?
S’inscrire dans une école spécialisée dans les métiers de l’environnement